samedi 19 juin 2021

Il ne faut pas être prude et pudique à la visite médicale

 

Toute nue lors de la visite médicale d'admission
Examen gynécologique et test de virginité lors de la visite médicale.

La visite médicale d'admission en pensionnat pour jeunes filles.



Lorsqu'une jeune femme arrive dans ce foyer pour jeunes en difficultés âgées de 18 à 25 ans, elle doit durant les premiers jours se présenter à la visite médicale de l'infirmerie de l'institution qui sont tenus par un médecin et une infirmière très stricte et impitoyables qui met à rude épreuve la pudeur et la timidité de la nouvelle.


Malika 21 ans, d'origine marocaine par son père et française par sa mère vient d'arriver dans ce foyer d'accueil après une rupture avec ses parents (problèmes relationnels important). Elle est longiligne et sexy,  elle porte un jean bleu ciel un peu déchirée, des converses noires comme chaussures, et un T shirt noir avec écrit "Love" en rose.


La nouvelle est convoquée dès la première semaine, une éducatrice l'accompagne jusque à l'infirmerie.


Le médecin et son assistante infirmières sont plutôt dominateurs, froids, et ressemblent beaucoup à des inquisiteurs.


Malika est un peu mal à l'aise surtout qu'au lycée et à la Fac elle s'était déjà retrouver en petite tenue devant un docteur un peu voyeur qui faisait mettre en sous vêtements toutes les filles qui passe mais jamais les garçons, drôle de coïncidence non ?


La jeune fille est assise face au bureau pendant qu'elle est interrogée sur ses antécédents médicaux, son alimentation, si elle pratique du sport, si elle veut un certificat médicale d'aptitude, sur les opérations qu'elle a subie ou les traitements qu'elle suit, sur son statut vaccinal, sur le Covid 19,  sur son isolement social etc.


 Puis les questions deviennent plus intime, quand est ce qu'elle a eu ses dernières règles, à quel âge ça a commencer, si elle ressent des douleurs ou des problèmes particulier pendant cette période. Et elle devient très gênée quand on lui demande quand est ce qu'elle a eu des rapports sexuels pour la dernière fois, et si ces derniers étaient protégés ou pas etc. Malika répond qu'elle est vierge. Le médecin reste sceptique et l'infirmière dit "Nous vérifierons tout ça pendant l'examen clinique".


Malika reçoit l'ordre de se mettre en sous vêtements comme "pour les cours de sport à la piscine" et de retirer ses chaussures et aussi ses chaussettes car les filles doivent être pieds nus obligatoirement.


La nouvelle est pesée, elle fait 1.70m, puis mesurée 56 kilos, elle est un peu mince, elle a ensuite à faire un test de vision, elle a 10/10 sa vue est parfaite, idem pour l'audition. Elle doit ensuite souffler fort dans une machine pour qu'on vérifie sa capacité pulmonaire.


On lui tend ensuite un gobelet et lui donne l'ordre d'aller faire un test pipi dans les toilettes pour contrôler si la fille prend du cannabis et d'autre drogues ou pas.


Ensuite Malika reçoit l'ordre sèchement de retirer son soutien gorge et sa culotte, car la suite de la visite médicale de passe à poil, dans le plus simple appareil.


La jeune fille comprend vite qu'elle n'a pas le choix et qu'elle doit se soumettre aux ordres et à l'autorité du personne de l'institut.


Seins à l'air, fesses à l'air, Malika se fait d'abord palper et tripoter les seins de façon active sois disant pour vérifier qu'elle n'a pas de problème de développement, mais ses tétons pointent un peu.


Elle est assise sur une table d'auscultation pour y avoir le ventre palper, le coeur et les poumons écoutés, ses réflexes sont aussi testés, avant de devoir s'installer totalement exposée sur la table d'examen gynécologique pour un test de virginité.



Liens :


mercredi 16 juin 2021

Visite dans une prison ...

Femme prisonnière constamment nue et enchainée.
Prisonnière nue en cellule d'isolement.

 Prisonnière nue et enchainée dans sa cellule.


Une organisation internationale de défense des droits de l'homme a eu l'opportunité de visiter l'une des prisons militaires tenue par l'armée américaine dans le cadre de sa campagne contre le terrorisme et pour la promotion de la liberté et de la démocratie. Les Etats Unis ont ouvert un peu partout dans le monde des centre de détention dont certains sont célèbres comme la prison de Guantanamo Bay à Cuba, ou celle d'Abou Ghraib, ainsi que les prisons secrètes un peu partout dans le monde.


 Le président américain et son secrétaire d'Etat à la défense à autoriser divers traitements et techniques d'interrogatoires  comprenant des méthodes d'interrogatoire musclés et des techniques de coercition psychologique et physique dont beaucoup s'apparentent à de la torture et à des mauvais traitements.


Suite à tout ces scandales, différents médias et plusieurs ONG et associations d'avocats et de juriste internationaux ont décider de militer avec l'aide des familles des personnes incarcérées (souvent sans procès ni aucunes charges réelles) pour améliorer le sort des détenus et obtenir leur libération.


Après beaucoup  efforts des associations , les autorité militaire US ont du ouvrir les portes de certain camp de prisonniers et contraint de laisser certains inspecteurs visiter des prisonniers. 


Une femme âgée d'environs 30 à 35 ans dont le pseudonyme est Leyna, dont la famille réclame des nouvelles depuis plusieurs semaines, et qui avait été arrêtée par les forces spéciales dans une opération dans son quartier. Cette femme est une professeur d'université suspectée de liens fort avec l'ancien régime renversé par les USA.


 Un avocat a pu s'entretenir avec elle 15 minutes. L'une des premières choses concernant les conditions de détention, c'est que la prisonnière est gardée dans une petite cellule vide en isolement, qui ne contient qu'un petit banc pour dormir, des toilettes turques et une petite fenêtre pour parfois laisser passer la lumières. Aucun autres objets n'est autorisé.


De plus, la prisonnière est complètement nue, dans la prison en isolement ou sont détenus les personnalité de "haute valeur" les prisonniers sont gardés sans aucun vêtements. Les responsables affirment que des vêtements (culotte, T shirt ou blouse et paire de tongs) sont prêtés aux détenus que lors de leur sortie de l'unité, pour aller consulter leurs avocats, un médecin, ou autre et qu'ils sont déshabillés  et fouillés à nouveaux avant de rentrer en cellule. La prisonnière s'habitue tant bien que mal à la nudité permanente et obligatoire.


Leyna est arrivée très pudique et gênée la première fois qu'on lui à demander de se dévêtir entièrement  pour l'inspection corporelle, surtout "qu'elle a du se mettre à poil devant tout le personnel du pénitencier dès le début" nous dis l'un des gardes témoins. 


"Nous pouvons comprendre que mettre la prisonnière nue ait put lui faire ressentir un terrible sentiment de honte et d'humiliation, mais pour nous qui travaillons ici c'est normal, on applique les consignes sans états d'âmes et des détenus à poil on en vois tout le temps même si la première fois ça peut etre un peu troublant de constater autant de nudité." ajoute l'ancien surveillant.


"Ah Leyna, comme pour toutes les personnes retenus en isolement, elle est totalement à poil et soumise à une inspection de sont sexe et de son anus au moins deux fois par jours par un gardien ou une gardienne qui s'assure qu'elle ne cache rien dans ses partis intimes."


"Elle avait du mal à écarter les fesses et montrer son trou à tout le monde au début mais maintenant elle fait ça sans trop se poser de question, c'est devenue une pratique de routine pour elle." Ajoute le surveillant.


Les prisonniers sont aussi constamment entravés par sécurité, nus et entravés, les prisonniers ne peuvent pas s'enfuir facilement.



Liens :


Un autre rapport.


Prisonnière  nue et tondue (tête rasée).



Soumise à une fouille à nu en garde à vue.

 

Une fille victime d'une fouille à nu imposée par une policière sans pitié
Etre nue et écarter les cuisses pour montrer sa chatte et son cul lors de la fouille corporelle.

Qui dit garde à vue, dit passage à poil et inspection par une policière zélée.


Claudia est une jeune femme de 25 ans qui se rappellera longtemps de sa soirée passée dans les locaux de la police d'un commissariat parisien. Elle a été controlée positive au cannabis et prise en flagrant délit d'excès de vitesse par les forces de l'ordre qui ont procédé à son arrestation et l'ont placer en garde à vue pour qu'elle s'explique.

Si la justice française ne poursuit pas ce type de délits, qui sont simplement sanctionnées par des petites amendes, certains policiers veulent que les gardes à vues soient punitives et difficiles et n'épargnent rien aux auteurs de petits délits routier. Claudia en a fait la triste expérience. 


Elle est très choquée lorsqu'une policière en uniforme et casquette est venue la chercher et l'a amener dans un petit local pour la fouille de sécurité, une procédure visant à s'assurer que le suspect ne cache aucun objet illicite sur lui, ni de drogue ou d'éléments nécessaire à l'enquête.

Claudia a due se mettre toute nue, se dénuder totalement et retirer aussi sa culotte et ses chaussettes. La policière exige la nudité totale et est intraitable sur ce sujet.

La jeune fille a d'abord été inspectée visuellement de la têtes aux pieds, on lui a même vérifier entre les orteils, dans le nombril et dans la bouche !

Elle est aussi soumise à un contrôle des cavités corporels, ce qui signifie en gros que la policière lui a contrôler de façon très humiliante la chatte et le trou du cul avec une lampe, des doigts gantés et lubrifiés lui sont renter dans le fion et le vagin.

La jeune femme est ressortie très humiliée de cette expérience.



Liens :








mardi 15 juin 2021

Marche de la honte nue.

 

une femme humiliée par sa rivale et forcer de marche nue et tenue en laisse comme une chienne
Tenue en laisse toute nue et en public, terrible humiliation.


Punie et humiliée pour avoir draguer le mauvais mec.


Carla est une jeune femme brune de 25 ans qui à la mauvaise habitude de tenter de séduire un peu tout les mecs qui lui plaise et qu'elle croise sur sa route.

Elle se fiche de savoir si les hommes qu'elle convoite soient pris ou pas. Elle n'hésite jamais à critiquer les autres filles pour les dévaloriser et tenter de détruire les couples. 


Un jours, une femme qui n'a pas froid aux yeux, Catherine, une blonde élégante  a décider de faire payer à Carla tout ce qu'elle fait et de bien la remettre à sa place. 


La blonde et deux copines baraquées sont aller intercepter Carla à la sortie de son travail, elles l'ont prise à partie et emmenée dans une petite ruelle isolée.


Elles l'ont d'abord bien engueulée et lui ont mise quelques claques et l'ont attraper et fait tomber par terre et l'ont mise à poil, toute nue ! C'est trop la honte.


Catherine a ensuite proposer le deal suivant à Carla : Soit tu rentre à poil, soit tu fais le tours du quartier, une marche de la honte en tenue d'Eve et on te rend tes vêtements.


Carla à du faire une marche de la honte, tenue en laisse et totalement exhibée avec l'impossibilité de cacher son intimité.


Liens :


Forcée de faire pipi toute nue lors du bizutage étudiant.

 

Fille forcée de faire pipi toute nue en public
Elle pisse toute nue.

Pisser nue en public, une  humiliation du bizutage.


Jessica, une étudiante de 21 ans a subie un bizutage en règle lors de la première année de l'université. Comme tout les premières années , elle a été regroupé avec les nouvelles dans un amphi, et toute les filles ont du faire un strip tease et retirer tout leurs vêtements sous les rires et les hurlement des étudiants de seconde années. Certaines filles sont très pudiques et ont du mal à se déshabiller dans ce contexte.


Les filles les plus sexy et les plus canons n'ont pas le droit de se rhabiller et sont exhibée, Jessica en fait partie. Les secondes années ont pu bien observés ses seins, sa chatte, son anus.


Comme Jessica a taper dans l'oeil d'un garçon un peu pervers, ce dernier la force à rester nue et décide de l'obliger de boire beaucoup d'eau pour qu'elle fasse pipi devant tout le monde sans aucune pudeur.


Liens : 


Décoincer les filles grâce au bizutage.